En partenariat avec le CNRS, l'ENTPE, l'Université Lumière Lyon 2
LAET

1994-1997 - La première vague d'ETMV

Un peu d'histoire...

Le transport de marchandises en ville comme élément de gestion urbaine a été, jusqu’aux années 1990, peu étudié. Il faut attendre 1993 et le lancement du Programme National Marchandises en Ville pour que cette thématique soit investie par le monde de la recherche (notamment le LAET) et les pouvoirs publics.

Afin de combler cette méconnaissance, des enquêtes de grande envergure ont été réalisées en 1994 à Bordeaux puis en 1996 et 1997 à Marseille et Dijon et, pour ce faire, le LAET, missionné par le Ministère des Transports, a développé une méthodologie novatrice (Bonnafous, 2000).

La méthodologie d'enquête

Le parti a été pris de construire notre connaissance sur la base de l’observation des opérations de livraison ou enlèvement réalisées par un véhicule dans chaque établissement enquêté au lieu de quantifier les origines-destination des marchandises (comme il est d’usage dans la mesure des flux de transport interurbain de marchandises).

L'opération, unité d'observation des ETMV

© LAET

En effet cette méthode par les OD est inopérante en milieu urbain, car les trois quarts des livraisons et enlèvements de marchandises sont réalisés au cours de tournées de tailles diverses avec des véhicules très différents. Peu à peu, ces enquêtes sont apparues comme étant les plus efficaces pour rendre compte de l’occupation de la voirie par les véhicules tant en circulation qu’en stationnement.

La méthodologie retenue pour l’étude des flux de marchandises dans les enquêtes marchandises en ville est donc fondée sur le suivi des mouvements des véhicules induits par les livraisons ou enlèvements en zone urbaine. Elle repose sur l'articulation de 3 enquêtes :

  • Enquête établissements : Les établissements économiques enquêtés sont sélectionnés sur la base d'un sondage stratifié tenant compte de l'activité, de l'effectif et de la localisation de chaque établissement. Ils sont alors enquêtés sur une période d'une semaine au moyen d'un enquêteur qui visite l'établissement et renseigne :
    • l'établissement : confirmation de l'activité et l'effectif de ce dernier, recueil d'informations sur les surfaces, le parc de véhicules et l'organisation interne.
    • Il transmet ensuite un carnet de bord à l'établissement qui décrira lui-même de façon très précise chaque livraison ou enlèvement de marchandise effectué (qui effectue ce mouvement ?, pour le compte de qui ?, quand et combien de fois par semaine ?, avec quel véhicule ?, que transporte-t-il ?, en quelle quantité ?, dans quel type de conditionnement ?, d'où vient la marchandise et où va-t-elle ?, etc.) qu'il s'agisse d'un mouvement effectué en compte propre (par l'établissement lui-même) ou en compte d'autrui (par un tiers).
 

Publications

PATIER, D., ROUTHIER J.-L. (2009), Une méthode d’enquête du transport de marchandises en ville pour un diagnostic en politiques urbaines, Les Cahiers Scientifiques du Transport, n°55, pp. 11-38.

PATIER, D., CHOLEZ, C., ROUTHIER, J.L., AMBROSINI, C. (2004) Transport de Marchandises en Ville : quelles spécificités, quelles méthodes ? Volet 1 : Méthodologie des enquêtes "Tournées dans les agglomérations urbaines", Rapport pour la DRAST, programme d’aide à la recherche n° 01 MT 72.

PATIER, D. (2004) Transport de Marchandises en Ville : quelles spécificités, quelles méthodes ? Volet 3 : La place du transport de marchandises en compte propre, Rapport pour la DRAST, programme d’aide à la recherche n° 01 MT 72.

AMBROSINI, C., ROUTHIER, J.L. (2004). Objectives, methods and results of surveys carried out in the field of urban freight transport: an international comparisonTransport Reviews, Vol. 24, n° 1, pp. 57-77.

GERARDIN, B., PATIER, D., ROUTHIER, J. L., SEGALOU, E. (2000), Diagnostic du Transport de marchandises dans une agglomération, Programme national Marchandises en ville, DRAST.

BONNAFOUS, A. (2000), Les marchandises en Ville, le problème méthodologique de l'appréhension statistique, in Centre Jacques Cartier et Patier, D. Treizièmes entretiens Jacques Cartier, L'intégration des marchandises dans le système de déplacements urbains, 1-6 octobre, Montréal, Lyon, LET, pp. 85-92 (collection Etudes et Recherches, n°15).

AMBROSINI, C., PATIER, D., ROUTHIER, J.L. (1999), Transport de Marchandises en Ville. Résultats de l’enquête quantitative réalisée à Marseille. Rapport pour le Ministère de l’Equipement, du logement, du transport et du tourisme, décision d’aide à la recherche n° 95 MT 0039.

PATIER, D. (1998), Les camionnettes de livraison dans les rues de bordeaux : de nouvelles études de déplacements urbainsLes annales de la recherche urbaine, Vol. 78, pp. 103-108.

  • Enquête chauffeurs : Pour chaque opération de livraison ou enlèvement décrite, un questionnaire est remis aux chauffeurs livreurs qui effectuent ces opérations afin de consolider et de compléter les informations précédemment obtenues (pour qui travaille le chauffeur ?, quel parcours a-t-il effectué ?, quelles sont les caractéristiques techniques du véhicule ?, etc.). Ces enquêtes auprès des chauffeurs peuvent prendre diverses formes : questionnaires autoadministrés, administrés par un enquêteur lors du passage à quai en fin de tournée, ou avec un enquêteur embarqué à bord du véhicule).

  • Enquête transporteurs : Enfin, les questionnaires chauffeurs font l'objet d'un pré-traitement afin d'identifier les transporteurs les plus actifs sur la zone d'enquête (la question "pour quelle entreprise de transport travaillez-vous" figure dans les questionnaires chauffeurs et permet ainsi d'identifier ces entreprises). Des enquêteurs sont ensuite chargés d'administrer un questionnaire spécifique permettant de connaître l'organisation logistique de ces établissements.
Cette méthodologie en 3 enquêtes emboîtées peut être résumée par le schéma ci-dessous :

EnquetesEmboitees

© LAET

Enseignements et retombées des enquêtes

Les enseignements des enquêtes ont été nombreux et certaines questions qui paraissaient a priori complexes à étudier, tels que l’approvisionnement urbain en tournées par des véhicules de taille différente, ou encore la part de responsabilité des différentes activités dans la formation des flux et leur impact sur l’environnement ont pu être en grande partie résolus. Des invariants et des lois fonctionnelles entre les activités génératrices et les flux de transports de marchandises ont ainsi été dégagés et ont permis au LET de développer l'outil d'aide à la décision Freturb. Aujourd'hui, 15 ans après les premières enquêtes, une nouvelle vague de collecte de données est en cours :

  • Une première enquête a été initiée en 2010-2012 sur l’Ile-de-France.
  • Une seconde enquête a été menée dans l’agglomération bordelaise de novembre 2012 à décembre 2013 sous l’égide de la CUB.